Mentom - Singapore 2012

© Mentom – May 2012


Leipzig : regard sur une métropole est-allemande

vendredi 26 novembre 2004, par Mentom

Toutes les versions de cet article :

  • français

C’est à Leipzig, ville des « salons », qu’ont eu lieu certaines des manifestations les plus importantes de ces dernières semaines contre la réforme Hartz IV. C’est là aussi que la référence aux « Manifestations du lundi » d’avant le « Tournant » était la plus évidente, puisque c’est de l’Eglise St Nicolas de Leipzig qu’étaient parties les marches protestataires de l’automne 1989. En quinze ans, la ville a beaucoup changé. Le centre-ville a fait toilette. De nombreux magasins et bureaux neufs côtoient à présent de vieilles villas patriciennes de la période de l’industrialisation et des bâtiments rappelant le temps où J.S. Bach était chantre à l’Eglise St Thomas et où J.W. Goethe étudiait à l’Université de Leipzig. La gare centrale a été transformée en centre commercial à trois étages avec jets d’eau et « oasis de repos ». La municipalité a à coeur de présenter Leipzig comme le symbole de l’« essor économique à l’est ». Dans des brochures coûteuses, elle vante l’installation des « nouvelles industries d’avenir ». Elle fait surtout grand cas des nouvelles usines Porsche et BMW, l’« industrie phare ». Mais, si l’on sort un peu du centre ville, quelques arrêts de tramway au plus, on a une toute autre impression : ce sont des maisons négligées, des façades délabrées, des arrière-cours tristes. La pauvreté est partout très présente. En regardant les magasins et les bureaux aux devantures condamnées et aux fenêtres murées on peut s’imaginer combien de gens ont tenté, après le Tournant de 1989, de monter leur propre affaire et ont échoué. Des pâtés de maisons entiers sont vides et tombent en ruine. Cent mille personnes en âge de travailler ont émigré à l’ouest depuis le Tournant, près d’un cinquième de la population de la ville. Le taux officiel du chômage approche les 20 pour cent. Cependant, dans certains quartiers, celui-ci dépasse largement les 30 pour cent et dans de nombreux endroits c’est un jeune sur deux qui est au chômage.
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9