Mentom - Singapore 2012

© Mentom – May 2012


Sommes-nous "écolo" ?

vendredi 20 octobre 2006, par Mentom

Toutes les versions de cet article :

  • français

Publié mardi 17 octobre, le rapport sur l’état de l’environnement en France est destiné à toucher un large public. L’objectif de l’Institut français de l’environnement (IFEN), qui publie cet état des lieux tous les quatre ans, est d’analyser les évolutions les plus significatives affectant le milieu naturel en France. Sa lecture permet de prendre la mesure de phénomènes sous-jacents, moins choquants au premier abord qu’une marée noire, moins débattus que l’introduction de l’ours dans les Pyrénées, mais qui sont des moteurs puissants de la dégradation de l’environnement.

Ce parti pris illustre l’un des thèmes centraux du document, résumé par sa coordinatrice, Marie Cugny-Seguin : "Le pollueur, ce n’est pas l’autre, c’est tout le monde." "Des résultats réels, même s’ils restent perfectibles, ont été obtenus dans la lutte contre les sources ponctuelles de pollution, constate l’IFEN. L’enjeu est maintenant surtout du côté des sources de pollutions diffuses, celles qui nécessitent l’adhésion de chacun dans ses choix individuels, pour se déplacer, consommer, se chauffer, se loger, ou dans les choix collectifs (construire une société plus sobre en carbone, par exemple)". Il s’agit de faire face à un "défi urgent" : "dissocier la croissance économique des émissions de gaz à effet de serre, des pollutions et de la consommation des ressources". Pour cela, affirme le texte, "des marges de manoeuvre existent. Elles nécessitent un changement profond des comportements, des technologies, des modes de vie et de production".

Multiplication des déplacements

Vieillissement de la population, recomposition familiale, augmentation de la surface des logements, multiplication des déplacements, accroissement du temps consacré aux loisirs, attraction des régions littorales : tous ces changements affectent l’environnement. Par exemple, le volume des déchets produits par an et par habitant, qui atteint aujourd’hui 360 kg, croît, entre autres, en raison de l’augmentation de la consommation de produits préparés et emballés en petites quantités.

Autre évolution significative : pour loger 1 000 personnes, il fallait 323 logements en 1968, 385 logements en 1990, 417 en 1999. A cela s’ajoute une prédilection pour les maisons individuelles "dictée par des prix immobiliers moins élevés en périphérie qu’en centre-ville mais aussi par l’attrait de la campagne". Résultat, la ville s’étale et la dépendance à l’automobile augmente. On aboutit à "une ville diffuse, où l’habitat et les axes de communication sont particulièrement consommateurs d’espace et où il est difficile de développer des transports collectifs efficaces".

Pour ses déplacements, un périurbain émet quotidiennement deux à trois fois plus de CO2 qu’un habitant du centre-ville. La mobilité, qui ne cesse d’augmenter, exerce "de fortes pressions sur l’environnement : pollutions atmosphériques, gaz à effet de serre, nuisances sonores, sans oublier les pollutions liées à la construction des véhicules et des infrastructures de transport, et la fragmentation des espaces naturels". En 2002, 84 % des déplacements étaient effectués en voitures particulières, contre 81 % en 1980. La part des autobus (7 %) et des autocars (5 %) est "en baisse constante". En revanche, celle du transport ferroviaire, au plus bas en 1995, augmente pour approcher les 10 % en 2002. Il faut rappeler toutefois que ce taux était de 11 % en 1980. Même les vacances ne sont pas neutres : elles engendrent par exemple une production de déchets disproportionnée dans des zones fragiles comme la montagne ou le littoral...

En plus de ces pressions directes, les consommateurs "orientent l’ensemble de l’appareil productif par leur choix de consommation". Consommer des fruits et légumes frais hors saison - dont la production et le transport demandent des quantités importantes d’énergie - a des répercussions négatives. L’évolution du régime alimentaire importe également. "Parcourir 100 km en voiture ou manger 1 kg de boeuf ou de mouton revient à peu près au même en ce qui concerne la perturbation climatique", relève par exemple le rapport. En effet, boeufs et moutons produisent naturellement du méthane, un puissant gaz à effet de serre.

Décalage entre les intentions et les actes

L’influence des consommateurs peut s’exercer dans de multiples domaines, mais les nombreuses études effectuées sur leur comportement soulignent l’existence d’un décalage entre les intentions et les actes. La sensibilité aux thèmes environnementaux est élevée. "L’inquiétude très marquée des Français vis-à-vis de la pollution de l’air et de l’eau montre que l’environnement devient un sujet de préoccupation d’autant plus aigu qu’il est perçu par les individus comme une menace potentielle sur la santé", commente l’IFEN. Selon le baromètre de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, 22 % des Français placent la dégradation de l’environnement en tête des sujets qui les préoccupent. Ce thème est néanmoins devancé par le chômage, l’insécurité et l’exclusion. La protection de l’environnement est donc devenue "consensuelle".

Dans le même temps, les Français semblent accepter difficilement la modification de leurs modes de vie. Ils ne sont pas prêts à payer plus cher pour des produits "verts", alors que 55 % se disent prêts à payer plus pour des produits censés améliorer la santé. La gestion des déchets par le tri sélectif est le seul domaine dans lequel les citoyens pensent avoir un rôle à jouer. Mais ils considèrent que c’est à l’Etat de lutter, par exemple contre la pollution de l’air. "La voiture illustre bien les tensions qui existent entre notre conscience des enjeux environnementaux et nos comportements", constate le rapport.

L’exemple de la voiture montre bien, selon l’IFEN, que le changement des comportements en matière d’environnement "ne peut se résumer à la sensibilisation de la population". Car le choix des consommateurs est contraint, par exemple par les prix, l’offre de transports en commun, etc. L’enjeu pour les pouvoirs publics est donc, concluent les experts, de créer les conditions de la transformation des pratiques.

Article paru dans l’édition du 18.10.06 http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-824436,0.html

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9